Guide de voyage
Temoignages Tonkin Voyage

Le Bouddhisme

Le Bouddhisme est introduit au Vietnam vers le IIème siècle de notre ère, par les Chinois et les moines indiens. C’est le Bouddhisme Mahayana (dit "du grand véhicule") qui s’implanta au Vietnam. Contrairement auBouddhisme Hinayana ("du petit véhicule"), ce courant plus généreux ouvre la voie au plus grand nombre d’hommes qui veulent la délivrance. 
Trouver le salut, sortir du cycle des réincarnations déterminé par son karma, éteindre douleur et désir pour atteindre le nirvana sont les buts recherchés par les Bouddhistes. Parce que la voie du juste milieu mène au nirvana, il faut respecter les préceptes de compréhension, de compassion et de maîtrise de soi. 
Chez les Vietnamiens, la pratique du Bouddhisme n’est pas incompatible avec d’autres cultes, notamment celui des ancêtres.

Le Bouddhisme est arrivé au Vietnam dès le 2ème siècle, par le nord de l'Asie centrale et par des routes du Sud de l'Inde. Les Vietnamiens de souche sont principalement de l'école Mahayana, bien que certaines minorités ethniques (comme les Khmers Krom) adhèrent à l'école bouddhique Theravada. 

Cette religion a entretenu au Vietnam une relation symbiotique avec le taoïsme, la spiritualité chinoise et vietnamienne et la religion indigène. La majorité des pratiquants bouddhistes vietnamiens se concentre sur les rituels de dévotion plutôt que sur la méditation.

Bien que certaines personnes croient que les différentes écoles du Bouddhisme soient incompatibles entre elles, les disciples bouddhistes au Vietnam pratiquent les différentes traditions du pays sans problèmes ou sans contradictions. Et même si le Bouddhisme vietnamien n'a pas de forte structure centralisée, sa pratique est similaire dans tout le pays et dans presque tous les temples.

Au Vietnam, la méditation n'est pas une pratique quotidienne et fréquente. Par contre la pratique la plus courante et essentielle dans le bouddhisme vietnamien est le gain des mérites avec une croyance que la libération prend effet avec l'aide des bouddhas et des bodhisattvas. 

Les moines bouddhistes chantent couramment des sutras, récitent les noms du bouddha (plus particulièrement celui de Amitabha en faisant vœux de pénitence et en priant pour la renaissance dans la terre pure).

Le Sûtra du Lotus et le Sûtra Amitabha sont les plus couramment utilisés. La plupart d’entre eux tout comme les textes religieux sont arrivés de Chine et ont été traduits en sino-vietnamien (Han-Viet) plutôt qu’en langue vernaculaire, ce qui les rend assez incompréhensibles pour la plupart des praticiens.

Le Bouddhisme vietnamien consiste en trois services pratiqués régulièrement à l'aube, à midi et au crépuscule et qui comprennent principalement les sutras de dévotion, la récitation de dharanis et du nom de Bouddha et enfin le rite de la circumambulation qui est une marche de méditation. 

Les laïcs rejoignent parfois les services au temple alors que certains bouddhistes fervents accomplissent leurs cultes à domicile. Il y des services spéciaux tels que Sam Nguyen et Sam Hoi. La confession et la repentance se font chaque mois à la nouvelle lune et à la pleine lune. L’un de ces rites consiste à chanter le nom de Bouddha pour se repentir et purifier le mauvais karma.  

EN SAVOIR PLUS: