Guide de voyage
Temoignages Tonkin Voyage

Le Christianisme

L’Eglise chrétienne arrive au Vietnam vers le XVIème siècle, avec des missionnaires dominicains portugais. Prenant leur suite, les jésuites sont très présents au Vietnam au XVIIème siècle. Le père Alexandre de Rhodes évangélise peu à peu la Cochinchine à partir de 1625. Il met au point un système de romanisation de la langue : le Quoc Ngu, aujourd’hui le Vietnamien moderne. 
Le Catholicisme se répand dans tout le pays au XVIIIème siècle. Nombre de missionnaires furent l’objet de persécutions, notamment sous les règnes de Minh Mang (1820-1841), Thieu Tri (1841-1847) et Tu Duc (1847-1884). 
Le Christianisme était perçu comme un grave danger car il menaçait l’équilibre religieux du pays. Le religieux étant étroitement lié au politique à cause du principe confucianiste de piété filiale (l’empereur était considéré comme le "père" de tous les sujets vietnamiens), le pouvoir de l’empereur était donc fortement mis à mal par l’autorité unique d’un Dieu-père. 
Aujourd’hui, l’Eglise catholique se maintient malgré la pression exercée par l’actuel régime, et compte près de quatre millions de fidèles et 42 congrégations et ordres religieux.

Les origines du Christianisme au Vietnam

Les débuts du christianisme au Vietnam ne sont pas connus avec précision. On peut cependant dater l'arrivée de l'église vers le XVIème siècle. Les premiers messagers furent les missionnaires Dominicains portugais. D'abord installés à Malacca, ils se rendirent ensuite au Cambodge puis au sud du Vietnam. Après les Dominicains, les Jésuites furent très présents sur le terrain et au XVIIème siècle, le père Alexandre de Rhodes commença à évangéliser la Cochinchine (1625). Afin de mieux remplir sa mission d'apostolat, il étudia le vietnamien et mit au point un système de romanisation de la lange, le quoc ngu, qui est devenu l'écriture du vietnamien moderne. La doctrine catholique se répandit dans tout le pays durant le XVIIIème siècle. Les missionnaires furent parfois l'objet de persécutions, notamment sous les règnes des rois Minh Mang (1820-1841), Thieu Tri (1841-1847) Tu Duc (1847-1884). Ces monarques considéraient le christianisme comme un grave danger; menaçant l'équilibre politique, moral et religieux du pays.

L'église aujourd'hui

En 1975, après la constitution de la République Socialiste du Vietnam, tous les prêtres et religieux de nationalité étrangères ont dû quitter le pays. Depuis il semblerait que l'église se maintienne, malgré quelques difficultés niées par le régime qui s'abrite derrière la fameuse "politique de liberté des croyances"

Aujourd'hui, après plus de trois siècles d'existence, l'église vietnamienne compte environ quatre millions de fidèles et 42 congrégations et ordres religieux. On trouve des églises partout dans le pays et leur concentration est parfois très importante dans les zones où la présence des missionnaires était la plus forte. Il faut noter que beaucoup d'entre elles sont actuellement fermées au culte ; par contre les églises ouvertes sont très actives. Les messes sont dispensées en langue nationale ainsi que les prières et les chants. L'Ecriture Sainte est traduite en vietnamien littéraire. Les chants et la musique de la liturgie s'inspirent de l'art traditionnel vietnamien.

Il est difficile de prévoir l'évolution de la religion catholique car si les offices du dimanche attirent de nombreux fidèles, on constate cependant une baisse notable des baptêmes.